Archives mensuelles : juin 2014

OraGEnève

Quelques images d’un dimanche d’été à Genève…

Lumière de nuit de jour.
Chant des drisses et écoutes sur les mats
Qui sonnent comme cris d’enfants joyeux.
Chaos du vent qui chassent les bateaux et les oiseaux.
Et le retournement du vent,
Et la pluie.
Et les gens qui fuient… Pourquoi ?

Publicités

Le post-traitement : jusqu’où ?

Ouh la la voilà un bien grand mot !

Le post-traitement c’est le travail réalisé après coup sur le cliché d’origine (mis en mémoire via votre capteur, ou fixé sur le support argentique) : recadrage, rotation, renforcement des couleurs, amusements plus ou moins fantaisistes, etc. …

Personnellement je pars de 2 principes :

  • l’image enregistrée ne correspond pas à ce que j’ai ressenti quand je l’ai faite,
  • l’appareil, tout aussi perfectionné qu’il soit, jongle avec des paramètres du fabricant plus ou moins adaptables par l’utilisateur.

Fort de tout cela je m’autorise des petits plus mais à peine plus en numérique que ce qu’il était possible de faire en argentique sans trop de compétences (choix de papier à grain, dur ou doux, filtrage, recadrage, redressement).

L’idéal est donc de faire la photo selon ce qu’on peut faire au mieux : cadrage parfois impossible, problème de lumière, objets indésirables, etc. Certains détails se révèlent aussi à la visualisation, 1h ou 3 jours après prise de vue et c’est trop tard pour reprendre, c’est là qu’on s’aperçoit que c’est à la prise de vue qu’il faut au moins maîtriser l’espace (le champ et sa profondeur).

> Il n’y a presque qu’un seul paramètre qu’on ne peut pratiquement pas (c’est-à-dire très peu) corriger, c’est le flou et il est rarement aisé de le transformer en flou artistique… alors il vaut mieux faire très attention (bougé, luminosité/rapidité, mise au point automatique en suivi, etc.).

Agression amoureuse ?
Suite à un réglage non annulé, cette photo était très sombre et en plus elle était bougée. J’ai augmenté l’éclairement, renforcé les contraste et saturer un peu les couleurs avec un sérieux recadrage.

> Notre oeil voit et nous suivons ce que nous voulons voir, mais l’ensemble, la composition échappe parfois ou souvent (la tête au milieu de l’image avec rien sur toute la moitié haute, tout le monde connaît, et même en regardant la photo on voit la personne mais pas sa mise en valeur, c’est dommage, il aurait suffi de si peu.

Le recadrage (ici sans format particulier) permet de donner de la valeur à une photo trop vite faite. Par ailleurs, le léger flou du visage (trop faible vitesse de prise de vue pour une action) s’il accentue l’intensité du geste n’est pas ici très artistique…

> Je trouve aussi pratique que dommage l’automatisme des appareils. On ne doit pas les croire plus fort que nous puisque c’est nous qui composons… pas eux.

> Et puis les principes n’empêchent pas les erreurs. Ce qu’on trouvait beau à perdu son charme car l’émotion n’est plus, l’environnement apparait là où on l’avait mis de côté, et la photo est plate, fade, bonne au rebut.

> Et puis même pour finir, les erreurs ont parfois du bon à travaillé en post-traitement…

Allez, c’était juste pour si ça pouvait servir à quelqu’un.

Tons rose vermeil

Image

Mignonne, vois la rose,
Pareille à ton feu, à ta joie
Qui multiplie les tons de roses.
Elle mêle, tout comme toi,
Ses senteurs musquées et ambrées,
Ses douceurs  riches et soyeuses.
Elle affiche qu’elle est heureuse,
Du bonheur d’avoir vibré
Dans l’air doux sous le soleil,
Multipliant les tons rose vermeil.

Pilar Stourecks (juin 98, recueil « Tes mots pour moi »)

Galerie rose :

à propos du beau

Qu’est-ce que le beau ?

Oh, je sais que bien des philosophes se sont essayés à définir ou à non-définir le beau.

Je propose ma réflexion sur le sujet en quelques lignes sans avoir pris le temps de lire les grands sur ce thème car le but fondamental n’était pas le beau en lui-même, mais l’art et la science ! Le beau découle simplement de l’aspect artistique dans son sens fondamental :

http://blog-pr.asso-science.org/wordpress/?p=310

[pour les plus pressés, le beau est traité en 2e titre de chapitre]